L’institution à l’épreuve de l’autisme 2007

Papeete. Juillet et aout 2007.

 

Ce séminaire, tenu tenu par Michel Lapeyre et Marie-Jean Sauret, à l’invitation de la direction de la Santé de Polynésie française et du CAMSP de Papeete, fut l’occasion d’une réflexion et d’un débat, avec les acteurs locaux, sur la prise en charge institutionnelle des enfants dits autistes et plus largement
« en souffrance ».
Il questionne d’abord la structure que le sujet reçoit du langage, la façon dont celui-ci l’explore et les conditions qui lui permettent de l’habiter en s’inscrivant dans un « vivre ensemble », jusqu’à situer ce sujet que d’aucuns qualifient d’autiste depuis Kanner, Asperger et quelques autres, et qui est justement repéré à partir de la rupture, au moins apparente, de son lien avec l’Autre.
L’examen de la prise en charge institutionnelle est l’occasion de décliner les ressources recélées par le discours analytique, la
loi, le sujet supposé savoir, le symptôme, le transfert, jusqu’à tenter de l’appréhender en terme de « lien social » : l’institution est
alors envisagée comme « fonction», tandis que l’accent est mis sur l’acte du clinicien et l’éthique qui lui est corrélative.