Midi-Minuit des écrits de psychanalyse 2011

Le désir de quelques uns, membres de L’Association de Psychanalyse Jacques Lacan (APJL) a permis cette 6ème édition du Midi- Minuit des écrits de psychanalyse.

S’inscrivant dans la continuité des précédents, sa visée est de faire connaître et de discuter le contenu de publications contemporaines,quelle que soit l’appartenance de leur auteur, tant dans le champ de la psychanalyse que hors de celuici.La méthode retenue comporte trois temps. Un lecteur adresse ses questions à l’auteur, celui-ci y répond, puis s’engage un débat général auquel le public est convié à s’associer.

L’enjeu est de mettre en mouvement les élaborations et questionnements de la théorie analytique. L’actualité quotidienne démontre qu’il est en effet plus que jamais nécessaire d’expliciter ce que la psychanalyse peut offrir à la cité.

À partir des ouvrages préalablement proposés par les membres de l’APJL, notre choix a été guidé par une double préoccupation, celle du mal-être des sujets dans le monde contemporain, marqué du sceau d’un capitalisme débridé et, celle du rapport de la psychanalyse à la cité comme celui de la cité dans la psychanalyse.

Le discours capitaliste métabolise, phagocyte et fait profit de tout, même de ce qui pourrait le subvertir.

La comptabilisation capitaliste ne peut qu’ignorer ce qui fait raison dans l’amour. Si le discours  capitaliste met de côté les choses de l’amour, sa mise en acte a comme conséquence de les promouvoir sur un mode sectaire ou purement imaginaire mais aussi de promouvoir la haine, qu’il déchaîne.

Mettant l’accent sur ce discours qui « forclot la castration et met de côté les choses de l’amour », qui prétend exclure le discours dont chaque analyste se soutient dans sa pratique et du même coup éliminer la psychanalyse elle-même comme empêchant l’universalisation d’une jouissance mortifère, il sera donc question pour ce 6ème Midi-minuit :

– « Des choses de l’amour », avec 2 ouvrages différents qui ne méconnaissent pas le déplacement lacanien sur « le sujet-supposé-savoir » et l’amour de transfert et interrogent la fonction de l’amour dans la psyché humaine et son devenir après une analyse ;

– de la fonction de l’art pour le sujet, avec le livre d’un artiste, peintre, sculpteur, et écrivain, concerné par la psychanalyse ;

– de la clinique psychanalytique auprès d’adolescents délinquants incarcérés, avec une question sur la place de la psychanalyse dans des institutions, dans le livre d’un auteur de langue allemande ;

– de manifester les raisons de notre engagement pour la psychanalyse et de sa nécessité aujourd’hui. Dans la cité, sa fonction n’est-elle pas, par le discours qu’elle y soutient, de faire sortir l’humain de l’ornière d’un discours capitaliste qui le précipite à sa perte ? Nous entendons donc soutenir et promouvoir un ouvrage collectif de 6 auteurs qui en retrace l’histoire, en développe la logique et en soutient l’existence par sa transmission dans un dépassement de l’opposition individuel/collectif.

Programme: 

Jean Allouch. L’amour Lacan. Epel 2009.
Lectrice : Pascale Macary-Garipuy

 Pierre Bruno et Marie-Jean Sauret. Deux, l’amour. Publication APJL 2010
Lectrice : Laure Thibaudeau

Gérard Garouste. L’intranquille.  L’iconoclaste 2009
Lectrice : Claudine Casanova

Bernhard Schwaiger. Das Begehren des Gesetzes. Zur Psychoanalyse jugendlicher Straftäter. Le désir de la loi – A propos de la psychanalyse de jeunes délinquants. transcript Verlag 2009
Lectrices : Karin Adler et Sigrid Corbeau

Sophie Aouillé, Pierre Bruno,Franck Chaumon, Guy Lérès,Michel Plon et Erik Porge. Manifeste pour la psychanalyse. Hazan – La fabrique 2010.
Lecteur : Jacques Podlejski